AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
forum en hiatus voir ici

Partagez | 
 

 The rose of Edenhall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

One half of the world cannot understand the pleasures of the other.


✾ FEAT. : jenna louise coleman
✾ MULTICOMPTE : william cavendish
✾ ECRITS : 134
✾ STATUT RP : ouvert

MessageSujet: The rose of Edenhall   Jeu 5 Juil - 20:14


Elinor Wenworth

19ans ✾ Groupe ✾ Métier


Nom: Wenworth, depuis son mariage avec Sir William Wenworth quelque temps auparavant, mais elle est issue de la famille Atkinson, une famille respectée de Milton, dont elle est la seule fille. Prénom: Elinor, comme une des héroines dans Sense and Sensibility, ce célèbre roman de Jane Austen Date et lieu de Naissance : le 10 juilet 1831 à Milton.Situation : Mariée depuis peu à un homme qu'elle ne connait à peine. Elle a toujours rêvé d'un mariage d'amour, mais dans la vie, tout ne se déroule pas toujours tel qu'on le souhaite... Métier : Epouse Passe-Temps :Lire. Il n'est pas rare de trouver Elinor un livre à la main, mais ce qu'elle préfère, c'est bien d'évoluer en société. Les soirées mondaines, les bals, voilà son domaine. Elle apprécie également les longues promenades, à dos de cheval ou même à pied. Groupe :A votre envie lequel vous sied le mieux?. Caractère: sociable: elle aime la compagnie, les sorties ... fière et vaniteuse : elle n'est que trop bien consciente qu'elle est belle, et à vrai dire, elle aime le fait que lorsqu'elle entre dans une pièce, les regards des hommes se poseront automatiquement sur elle. Et d'ailleurs c'est bien quelque chose dont elle n'aimerait pas en être privée, surtout que son mari ne semble pas lui accorder ne serait-ce qu'un regard, alors l'attention des autres hommes la fait se sentir désirable. Rafinée, elle est toujours habillée à la dernière mode. Intelligente, elle apprécie les jeux de mots, mais également les discussions bien plus fondées, que cela soit de littérature ou de politique. Caractérielle, passionée et déterminée, elle n'abandonnera pas si rapidement qu'elle a une idée en tête.
Si votre personnage était un personnage de Jane Austen, lequel serait-il? On l'avoue, on est curieux et on a trouvé que cette question risquait d'être sympathique. Alors ???


✾ ✾ ✾ ✾ ✾

Derrière l'écran

Bonjours/ Bonsoir à toi qui lit ma fiche. Je m'appelle Julia, et peut être que vous me connaissez sous le pseudo de Indi. J'ai 23ans et l'univers de Jane Austen a bercé ma vie depuis... euh, toujours, vu que j'ai des soeurs aînées. Avec melo, on a donc décidé de tenter de récréer cette ambiance, en nous inspirant des ouvres de Jane Austen, mais aussi de la série "North and South" de la bbc.Sinon, je fais du RPG depuis un peu plus de deux ans,et vous me verez souvent connectée lol. Ma boîte MP vous est bien sûr ouverte, mais ca ce n'est peut être pas la peine de le repréciser, si ?


_________________


Dernière édition par Elinor Wenworth le Ven 3 Aoû - 16:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

One half of the world cannot understand the pleasures of the other.


✾ FEAT. : jenna louise coleman
✾ MULTICOMPTE : william cavendish
✾ ECRITS : 134
✾ STATUT RP : ouvert

MessageSujet: Re: The rose of Edenhall   Ven 6 Juil - 21:24


Elinor Wenworth


The man is a giddy thing


Douce et intelligente. Caractérielle et rafinée. Vaniteuse et cultivée. Il y a certainement beaucoup de choses à dire sur la jeune femme, mais pour la comprendre, il ne faut pas se contenter d'une longue liste d'adjectifs, mais arriver à voir au delà des apparences, et quoi de mieux pour cela que de s'interesser à son histoire ?

♣ Elle est née á Milton 19années auparavant, son père est un baronnet riche et respecté.
♣ A l'âge de 10ans, elle a été envoyé dans un pensionnat non loin de Londres où elle devait apprendre à devenir une jeune femme accompli. Elle y a passé 7ans.
♣ Elle a passé 2ans auprès de sa tante à Londres où elle n'a pas raté une seule occasion pour se mêler à la société londonienne.
♣ Elle est revenu il y a peu à Milton où elle a épousé Edward Wenworth.


Chapitre 1


Mon histoire commence 20ans plus tôt dans une des plus grandes maisons de Milton. Selon les dires des servants qui avaient assistés à la scène, mon père faisait les cents pas dans les couloirs, visiblement inquiet. Malgré leurs 8 ans de mariage, mes parents n’avaient pas eu d’enfants auparavant. Leur relation avait été marquée par plusieurs fausses couches, et tout le monde qui connaissait ma mère à cette époque avait pu voir à quel point cela l’avait marqué, blessé même. Le fait que ma mère tombe enceinte, et surtout que cette fois, elle gardait l’enfant pendant les 9 mois de la grossesse, étaient donc considéré comme un cadeau du ciel. Sauf que je n’avais pas semblé être bien déterminé à me montrer au monde extérieur, puisque l’accouchement dura presqu’une journée entière. C’était durant une nuit chaude du mois de juin que je poussais mon premier cri. Frêle, les sages-femmes que mon père avait fait appeler pour assister ma mère avaient été peu confiantes quand à ma survie, du moins c’était ce que la vieille Betty, une servante au service de ma famille depuis bien des années, m’avait raconté. Lors de mon baptême, qui se déroula dès l’aube suivant ma naissance - précaution prise au cas où je ne survivrais pas la journée qui suivait – on me donna le nom d’Elinor, en honneur à ma grand-mère du côté paternel. Mais j’étais finalement bien plus forte que les gens ne semblaient le penser, la preuve est bien, c’est que je suis toujours en vie à 20ans. Jeune et en bonne santé.
Bien qu’heureux d’avoir enfin un enfant, ma naissance fut également une déception pour mes parents. Tous les deux avaient espéré un fils, quelqu’un en mesure de prendre un jour la suite de mon père, mais ce souhait ne devait pas se réaliser. Cependant, cette naissance leur avait redonné espoir, l’espoir d’avoir d’autres enfants, chose qui malheureusement ne devait jamais arrivé. Après ma naissance, ma mère ne tomba plus enceinte. En toute logique, à leur mort, leur fortune aurait donc dû passer à un homme de la famille, mais les seuls membres de la famille proche étaient des femmes. Si bien que j’étais leur unique héritière, mais les femmes ne pouvaient hériter. Leur argent passerait donc à mes enfants, quand j’en aurais, et jusque-là, à mon mari. Ce qui bien évidemment rendait mon futur mariage encore plus important. D’ailleurs, mon père avait déjà prévu que je devrais épouser le fils d'un de ses partenaires d’affaires avant même que je n’ai prononcé mon premier mot, ou même su tenir ma tête seule. Bien sûr, à l’époque, personne ne pouvait prévoir que j’allais rester fille unique. Il s’était tout simplement agit d’une manière à lier nos deux famille, et en même temps les affaires de nos pères.


Chapitre 2


Il n'est jamais facile de quitter sa famille, encore moins quand on n'a que 10 ans. Je me souviens que trop bien qu'à l'époque, j'avais pleuré quand mes parents m'ont fait monter dans la calèche qui devait m'ammener dans un pensionnat, ou je devais apprendre tout ce qu'une femme de mon rang devait savoir. Ce n'était rien de vraiment particulier à l'époque, tout le monde qui pouvait le payer envoyait ses filles en pensionnat. Je l'avais su à l'époque, et pourtant, cela m'avait tout simplement paru affreux. Je n'avais eu aucune envie de quitter Milton, ma maison familiale, mes amis. Mais ce n'était pas à moi de choisir. Si bien que j'avais passé 7ans dans cette école, faisant de mon mieux pour devenir une jeune femme accomplie qui ferait honneur à son mari. Car c'est bien cela vers quoi toute femme doit aspirer, n'est-ce pas ? Ce temps passé en pensionnat m'avait paru extrêmement long, sans doute parce que j'avais été habituée à vivre dans le luxe, alors vivre dans des conditions qui laissaient à désirer avait été difficile pour moi, du moins au début. Quand à mes parents, je ne les voyais que rarement, pour les différentes fêtes telles que noël, paques, mais également en été. Je les rejoignais alors dans notre maison secondaire à Bath. Si bien que je n'avais plus posé pieds à Milton depuis mon départ, mais si je dois dire la vérité, cette ville ne me manquait pas.

Châpitre 3


Lorsque j'avais dix-sept ans, mes parents ont jugé bon de finir mon éducation en m'envoyant auprès de ma tante à Londres. Veuve sans enfants, elle m'accueilla comme si j'étais sa propre fille, et pendant presque deux ans, j'ai évolué dans la société de Londres. Et pour dire toute la vérité, j'aimais les regards qui se posaient sur moi lorsque j'entrais dans une pièce, qui me faisaient la cour. J'aimais ces soirées mondaines, et par dessus tout, les grands bals, aller au théâtre.. Il se passait rarement une soirée où je n'étais pas de sortie, et si j'aurais eu le choix, je ne serais certainement jamais partie de Londres. Oui, cette vie était vaine, mais oh combien divertissante ! Sauf qu'il avait été prévu que j'épouserais Edward Wenworth peu après mon dix-neuvième anniversaire, si bien que je dus quitter Londres pour rejoindre ma ville natale. Autant dire que le choc fut rude. De loin on pouvais déjà voir la fumée au-dessus de la ville, sentir sa puanteur. Sans doute aurais-je pu verser bien des larmes sur ce que j'avais du quitter pour venir ici, mais j'avais su tout au long qu'un jour, je devrais épouser ce parfait inconnu qu'était Edward Wenworth à mes yeux. Je crois d'ailleurs que nous avons du nous croiser une fois alors que je n'avais été qu'un enfant, mais c'était tout. Alors le jour de mon mariage quand je le vis m'attendre à côté de l'hôtel, j'étais soulagée : c'était un homme jeune, même beau malgré sa facon d'être un peu démodée. Au moins cette première impression que j'avais de lui fut positive, c'était déjà ça. Sauf quand il m'emmena à ma futur maison, je ne savais pas vraiment quoi penser. Certes, la propriété était belle, mais... tout était tellement campagnard, si éloigné de la ville ! C'est certainement cette solitude que j'ai le plus de mal à supporter, solitude mêlé au fait que mon mari ne semblait à peine me regarder ou me parler. Même pendant notre nuit de noce, il ne sembla pas pour le moins inclin à reclâmer ses droits conjugaux. Non, il se contenta de s'endormir à mes côtés, sans vraiment m'accorder un regard. Soulagée ou vexée ? Je ne saurais le dire, sans doute un peu des deux. D'une facon, je suis bien heureuse d'échapper à mes devoirs d'épouse, mais de l'autre, le fait qu'il me repoussait de la sorte était une insulte, non seulement pour moi, mais également pour ma famille... Voilà donc quelques jours que je tente de me faire à cette nouvelle vie qui s'annonce solitaire...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

The rose of Edenhall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Flamme Rose
» Zhaunil Nygurath (aka : Rose d'Agamorr) [Haute prêtresse de Tesso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✾ It's over :: ✾ Fiches abandonnées-